La vulnérabilité saisie par les juges en Europe, Sous la direction de Laurence Burgorgue Larsen, PEDONE, 2014

La vulnérabilité saisie par les juges en Europe, Sous la direction de Laurence Burgorgue Larsen, PEDONE, 2014

La vulnérabilité pose la question du rapport des individus à la société dans laquelle ils vivent. Elle interroge la « représentation de l’humain » dans le cadre de la Cité, la Polis. Si cette représentation a profondément évolué depuis près de vingt-ans, c’est que la société s’est transfigurée. Le modèle de l’Etat-providence d’après-guerre, social et protecteur n’est plus ; le Welfare State a vécu. Face aux bouleversements politiques, économiques, sociaux, familiaux révélateurs de cette disparition du modèle social d’après-guerre, de nouvelles formes d’appréhension et de traitement du rapport de l’individu à une société fragilisée sont apparues. Philosophes d’un côté, sociologues de l’autre se sont engouffrés dans l’étude des nouvelles formes de subjectivité contemporaine. Adieu les analyses en termes d’autonomie et d’égalité des droits et vive celles qui mettent l’accent sur la dépendance relationnelle et l’équité qui n’est plus universaliste mais différenciée. La vulnérabilité a pris alors son envol ; elle a même triomphé dans plusieurs champs disciplinaires : de la philosophie à la sociologie en passant par le droit, mais aussi les sciences appliquées.

On assisterait donc à un Vulnerability Turn qui permettrait de repenser l’être humain, son rapport à l’Autre et au monde qui l’entoure, et qui serait à la base d’un ensemble de nouvelles obligations imposées à la charge des Etats. Tout serait-il parfait ? Loin de là. Si la vulnérabilité a le vent en poupe, elle n’en a pas moins soulevé de virulentes critiques allant de la valorisation d’une approche compassionnelle proche du misérabilisme – qui discriminerait plutôt qu’elle ne rassemblerait – aux risques d’essentialisation, de stigmatisation ou encore de paternalisme.

Cette quatrième journée d’étude organisée dans le cadre du cycle des « juges en Europe » a permis à un groupe de juristes publicistes, sur la base d’une belle et stimulante ‘ouverture sociologique’, d’examiner la manière dont le concept de vulnérabilité a été utilisé par les juges et les conséquences que cet usage engendre, tant en termes théoriques que pratiques.

Cet ouvrage réunit les contributions de Loïc Azoulai, Samantha Besson, Laurence Burgorgue Larsen, Rosmerlin Estupinan-Silva, Charlotte Denizeau, Edouard Dubout, Franck Laffaille, Magdalena Lickova, Ana Ovejero et Marc-Henry Soulet.

 

 

Anunțuri

Lasă un răspuns

Te rog autentifică-te folosind una dintre aceste metode pentru a publica un comentariu:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s

%d blogeri au apreciat asta: